L’angle mort

Je n’allais pas souvent au MacDo. Je ne buvais pas tous les jours, juste quelques fois bien trempées avec les copains. Je mangeais des légumes, et pas mal de pâtes carbo. J’achetais des produits bio, je n’aimais pas trop faire de sport. Je n’aimais pas les contraintes. Je n’ai jamais suivi aucun régime, je mangeais quand j’avais faim. J’aimais bien les bouillons de légumes et j’aimais bien téléphoner à mes amies. Je regardais des séries en streaming et je téléchargeais de la musique. J’avais la wifi privée, la wifi publique, la 3g, l’edge, le téléphone portable, le téléphone fixe, trois adresses mail, quatre réseaux sociaux. Je mettais de la crème solaire, je portais des lunettes de soleil, parfois juste pour le style. J’avais beaucoup d’écharpes, de foulard, d’étoles et pas de cols roulés. Je préférais les débardeurs aux tee-shirts et je mettais du déodorant à la pierre d’alun. Je prenais parfois l’avion pour partir en vacances. Je mettais des pyjamas informes et mon amoureux me trouvait belle. J’avais envie de vivre longtemps et le plus heureuse possible. J’avais rêvé d’une maison et d’une famille avec beaucoup d’enfants. Où était le problème ? où était la faille ? où était la brèche, que s’est-il passé ? Montre-moi l’angle mort. Qu’est-ce que j’ai raté ? Qu’on ne me dise pas qu’on ne l’explique pas. Qu’on ne me dise pas que les médecins ne savent pas. Qu’on ne me dise pas que, puisque toutes les raisons sont possibles, aucune ne l’est. Retourne-toi, observe, scrute, mais surtout, aide-moi à être aussi insouciante qu’avant.

3 réflexions sur “L’angle mort

  1. Injustice, préjudices, des lames en acier qui nous ont tranchés,

    La question « la raison ? » est en nous et tu nous l’as lâchée : Elle te pèse, elle nous pèse, et ça nous soulage de la recevoir car ainsi on peut la partager avec toi.

    Le bon angle, c’est devant, le carburant c’est toi et c’est nous, inépuisables,

    Les soins et les effets t’envahissent, tu gérais ta vie et maintenant tu gères ta vie et une maladie, ou bien ta vie de malade, ou bien finalement ta vie tout court.

    La liberté, et donc la vie, se nourrit d’insouciance et d’angle morts, y’en a t’il vraiment plus ?

    J'aime

Donnez vos impressions

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :