Conjonctivite

Le sable brulant du Sahara, le sable rouge de Namibie, la terre sèche du Néguev sont au rendez-vous dans ton oasis. Ils grattent comme un enragé dans sa prison. Plus tu grattes et plus ils chauffent. Le prisonnier sort la lame de son couteau et transperce la cornée. Assassin ! hurle la pupille, qui lâche quelques larmes de circonstance. Ton nerf optique s’endeuille, préférant enfermer le fou furieux, laissant le noir se faire autour de toi. Le pus libérateur sillonne les vaisseaux pendant la nuit. Après la lutte de la paupière innocente, jouissance de la paix au petit matin.

 

 

Donnez vos impressions

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :