La source

La joie, la joie profonde, qui vient du ventre. Celle qui te fait apprécier les efforts. Le lever matinal récompensé par la buée de ton thé brulant. La plongée dans les gorges du rire te fait du bien ; mais la joie, la joie profonde, submerge les hommes et les rassure. Elle passe par les enfants et les innocents pour toucher celui qui tremble de liberté et de solitude. Elle nous atteint parfois le temps d’un battement d’aile, et l’on se dit heureux. On ne le sait pas encore vraiment, mais elle nous quitte déjà. La joie ne se mesure pas à l’échelle de la lumière. Tu la sens frémir sur ta peau quand tu es au sommet de cette montagne grandiose. Tu la bois à grande soif après avoir sué avec ton frère. Tu l’étreins quand tu prends la main d’un enfant. La joie, la joie profonde, elle sort du ventre quand tu te sens vivre, sans même t’en rendre compte. Mais ne te sens-tu pas vivre que lorsque tu touches la mort du doigt ? Ne pas être conscient de vivre ; ou bien se tuer doucement pour l’être. La joie qui vient du ventre.

 

 

Publicités

3 réflexions sur “La source

  1. ça fait des frissons, une vérité si bien plumée!
    Tes textes sont comme des petites gourmandises qui le temps de la lecture, pulvérisent tout le reste par leur justesse et leur légèreté! Régalade! Comme tes gâteaux ❤
    Encore! Encore!

    J'aime

Donnez vos impressions

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :