Donne-moi des preuves qu’il existe

C’est comme la peau d’un citron qu’on racle, qu’on zeste, qu’on pèle, qu’on presse. L’acide du moment ne te quitte plus jusqu’au piquant du soleil. Le froid mordant dans les os, tu le sens. Et la surprise de l’éclair dans nos yeux fatigués.

Le cri, le cri strident te surprend. C’est la mollesse du moment qui te rend pantelant. L’amour immense des humains, on ne réinventera pas Saint Jean. Comment dire ce que tu commences à comprendre ? Comment écrire quand tout a été écrit ? L’amour immense te rend tremblant. Ca commence par les arbres qui parlent entre eux et les poussières d’étoiles qui forment des montagnes dans l’univers. Au milieu, tous les hommes du monde qui ne réinventent pas Saint Jean. Ca ressemble à la volute de parfum de la femme que tu aimes et à la lave incandescente du volcan. Pourtant le cri est tellement présent que les hommes ne l’entendent plus vraiment. Ils dansent sans écouter les abeilles et sans voir passer leur mort. C’est comme la peau d’un citron dont on aurait oublié le nom.

Publicités

2 réflexions sur “Donne-moi des preuves qu’il existe

Donnez vos impressions

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :