Les espaces culturels Edouard Leclerc

Nous sommes des chevaux furieux dans une course, les fers nerveux et le mors tendu, nous sommes nos courses. La course me rend accroc, je comble je comble je comble le vide en moi. Je ne vis que par mes achats, je respire à la caisse. La furie du porte-monnaie me soulage comme une envie de pisser. Je ne saurais dire la mort du livre car les espaces culturels Edouard Leclerc nous éduquent. Saint Marché de l’emballage jetable, clinique propre du fruit doré, priez pour nous ! Vos yeux bleus pétroles sont la sirène de nos weekends. Le filet de ma bave attire vos paillettes.

Nous sommes des foules et nous croyons que nos actes n’impactent personne. Nous sommes des individus nés sur terre et Dieu ne fait pas d’erreur. Je m’en irai gaiement aux espaces culturels Edouard Leclerc pour tuer le temps. Je surferai dans la forêt orange en pensant que ma vague ne blessera personne.

Le premier matin du monde a prévu cela.

Les scribes sumériens et Antoine de Saint-Exupéry rient de tout cela.

Ils volent, ils volent et rient dans le néant.

3 réflexions sur “Les espaces culturels Edouard Leclerc

  1. j’aime comme dit Fbouc, suis allée quand même lire ce beau poème C’est le premier matin du monde que je ne connaissais pas, tu nous fais découvrir tant de musique, de poème, j’aime

    J'aime

Donnez vos impressions

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s