Le funambule

Je marche sur des œufs, ça fait cric, ça fait crac,

Je tremble comme une ride sur le bord du lac.

Je murmure des bribes insensées à mes rêves,

Et mes rêves me font tomber comme le ciel se soulève.

Je suis une feuille de bouleau, je tressaute et frémit.

De bulle en bulle, de poussière en terre, de sel en mer,

Ma peau grelotte, mon souffle chancèle, mon nez tressaille.

Je respire avec une lumière dans la grisaille.

Tout ça ne pourrait pas décrire ce que je vis.

Avec une oasis dans le cœur, je fonce dans le désert.

Comme un lys blanc sans peur, je foudroie l’éclair.

Pour trouver l’équilibre du vide et de l’esprit.

6 réflexions sur “Le funambule

Donnez vos impressions

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :