Belle de saison

Voilà une poésie d’été, fraiche comme une brume,

Douce comme une dune, une brise volante.

Contre les pierres qui râlent et la poussière qui fume,

La chaleur n’est qu’une trace de nos étoiles filantes.

Les cris incessants des cigales endorment la lune.

La langue du soleil te brule la cornée souffrante.

Il suffirait d’une poésie d’été, fraiche comme une brume,

Douce comme une dune, une brise volante,

Comme une caresse dans les cheveux d’une brune.

Publicités

5 réflexions sur “Belle de saison

Donnez vos impressions

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :