Le train de nuit

Il faut avoir des rêves électriques

Dans des chemises de manchettes de boutons,

Dans des valises en verre fantastique,

Et s’en aller, le vent dans le menton.

Le train de nuit aux portes ouvertes

Ballote les pieds passagèrement ampoulés.

Au fond des étoiles mouvantes, la nuit alerte

Nous berce de ses yeux fatigués.

J’ai la tête qui cogne et mal aux côtes.

J’ai faim de vin et d’herbes à l’ail.

Tu te nourris de sable et d’herbes hautes,

De nuques moites au vent de l’éventail.

Et puis le sommeil âcre te veille,

Spectacle de la mort paresseuse du soleil,

La rocaille parfumée qui se réveille.

Tes cheveux emmêlés sommeillent.

Au rythme des ballastes endormies,

Le train de nuit aux portes ouvertes.

Doucement tu rêves que tu vis.

Fatalement tu vis enfin ton rêve.

Publicités

5 réflexions sur “Le train de nuit

Donnez vos impressions

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :