Et pourtant

Une goutte d’eau qui tombe, qui ruissèle dans l’ombre,

Tremble sur la feuille délicate de ton coeur,

Terrifiée par les tambours criants de la peur,

La goutte s’imprègne et ton coeur fait fondre.

Tends la main à ton frère pour ne pas lui dire

La brisure de la colère comme un poison,

L’assouvissement des frustrations par millions.

Emerveille-toi des étoiles dans les rires.

Etranger je t’aime car tu es un miroir,

Etranger je t’aime car tu es une fenêtre,

Nos bouches parlent de maux et de lettres,

Comme des flammes chaudes dans l’hiver noir.

 

 

Publicités

Donnez vos impressions

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :