Et soudain le néant

C’est comme au ralenti, comme dans l’infini des brisures de verres qui s’arrêtent en plein vol. C’est beau. L’éclat des lumières ne laisse aucun doute sur les frissons sanglants qui en découlent. Les larmes suivent après un sanglot retenu par le ventre, le fond du ventre, lourd et puissant. L’écharde dans ton coeur te blesse quand tu respires les broussailles des pensées. Ce n’est qu’au moment de rendre les armes que tu te souviens de la douceur du foyer. La chaleur des pierres comme un brasier dansant. Et soudain le rire d’un enfant.

Une réflexion sur “Et soudain le néant

Donnez vos impressions

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :